Cause Animal !

Le premier site où les animaux ont le droit à la parole.


Les méfaits de l'élevage industriel !

Par Raphaël P. le 19/03/2015

Comment faire un site internet sur la cause animale sans parler de l'élevage industriel ? C'est tout bonnement impossible. L'élevage industriel étant sûrement une des pires inventions de « l'homme moderne » pour le monde animal, il était évident que nous allions faire un article à ce sujet, et pas pour en vanter les mérites.

Mais tout d'abord, revenons sur ce qu'est l'élevage industriel ? Autrement appelé « élevage intensif », wikipedia nous donne l'explication suivante :

L'élevage intensif est une forme d'élevage qui vise à augmenter le rendement de cette activité, notamment en augmentant la densité d'animaux sur l'exploitation ou en s'affranchissant plus ou moins fortement du milieu environnant (confinement).Wikipédia, la voie de la vérité depuis 2001

En clair, on optimise au maximum le rendement de la production (de viande, d’œuf ou de lait) sans aucune considération des animaux.

Maintenant que nous avons rapidement expliqué le principe de ce merveilleux système, nous allons un peu parlé de ce qu'il en est en pratique. Et pour cela, nous allons laisser causer les animaux...

La vie d'un veau d'élevage industriel


Jeune veau d'à peine deux jours, je suis l'enfant d'une vache laitière. Ma mère a elle aussi été inséminé artificiellement et 8 mois plus tard je suis né ! Et 24h plus tard on m'a retiré à ma mère et placé dans une cage dans laquelle je ne peux pas bouger. Je peux à peine me lever et m’asseoir. On me nourrit avec une poche en plastique remplis d'aliments liquides. Heureusement dans quelques semaines je serai mis avec d'autres veaux, ça fera passer le gout du liquide. Mais tout cela ne sera que de courte durée, car une fois âgé de 5 mois je passerai à l'abattoir.

Si vous croyez que ma mère a une vie plus belle que la mienne, ce n'est pas le cas. On lui a creusé un hublot dans le flanc pour que les éleveurs puissent avoir accès à sa panse en y plongeant le bras et ainsi améliorer la production de lait. Une merveille de la technologie !

La vie d'un poussin d'élevage industriel


La vie des poussins est assez rude en effet. Si par malheurs je suis un mâle, il y a de très fortes chances que je sois directement tué le premier jour de ma vie, car je ne suis pas rentable pour l'élevage. Passé au broyeur, étouffé dans un sac poubelle, le cou tordu, je n'ai pas le choix de ma mort, mais je peux vous dire que l'élevage a plus d'une méthode dans son sac !

Si par chance je suis une femelle, j'aurais une carrière imposée : poule de chaire ou poule pondeuse.

J'ai toujours rêvé d'être poule pondeuse... enfermée avec toutes mes amies dans un hangars sans jamais voir la lumière du jour. Subir la lumière artificielle des lampes pendant 21 heures par jour pour nous stimuler afin d'avoir une folle envie de pondre beaucoup plus ! C'est qu'il y a de l'espace dans ces hangars ! La taille d'une feuille A4 pour chacune d'entre nous, c'est grand déjà ! Et puis si j'ai un peu de chance, on ne me coupera pas le bec pour éviter que je me batte avec mes congénères... C'est vrai que dans ses conditions, on est souvent très stressée et on a vite fait de tomber dans le cannibalisme. Et puis, l'avantage d'être une poule pondeuse c'est de pouvoir vivre une année entière ! C'est long un an, c'est presque un douzième de notre espérance de vie ! Et puis après ça on fini en raviolis ou nourriture pour chien.

Si par contre je n'ai pas la chance d'être de la bonne souche, je serai une poule de chaire... un futur poulet quoi. Cela veut dire que je suis issue d'une espèce de poule modifiée qui va grandir très très vite ! Et au bout de 40 jours, quand je souffrirai de problème osseux et pulmonaire à cause de mes difformités physiques, je passerai à l’abattoir pour finir dans l'assiette d'un humain que je serai bien évidemment heureuse de servir !

La vie d'un porcelet d'élevage industriel


Jeune porcelet, mon destin n'est pas plus réjouissant que celui de mon ami le poussin. Pour commencer, ma mère a tellement peu de place dans sa cage que j'avais eu une chance sur cinq de mourir écrasé par ma propre génitrice à la naissance. Je ne peux pas vous parler de mon père, je ne l'ai pas connu : ma mère a été fécondé artificiellement. Je peux vous parler d'elle par contre. Elle est plutôt maigre pour une cochonne. Les éleveurs lui donnent peu à manger, pour faire des économies. Et puis, vu que ça fait trois ans qu'elle met bas, elle va bientôt se faire récupérer pour être transformé en pâté de campagne ou en saucisses.

Je ne vous ai pas parlé de ma naissance ? Ah c’était bien... toute ma famille coincé dans une cage de deux mètres carrés ! Peu de temps après, on a eu la visite des éleveurs... et moi et mes frères ont nous a coupé la queue, enlevé les testicules et limé les dents... sans anesthésie évidemment. Ça c'était moins bien !

Quand j'aurai 1 mois, on m'enverra à l'engraissement. Ça pue, tout le monde est de mauvais poil, il n'y a presque pas de lumière et l'air est irrespirable. Heureusement, ça ne dure que 6 mois ! Après on me transformera en jambon ! Nickel !

En lisant nos témoignages vous nous imaginez peut-être ressemblant aux photos qui illustrent le début de cet article et c'est normal. Votre cerveau vous envoie les images qu'il a été conditionnés à voir. À la TV, au cinéma, dans les livres pour enfant, ou dans les publicités, on nous représente comme ceci. Et c'est d'ailleurs par espièglerie de notre part que nous avons justement placé ces photos au sein du texte.

La vérité c'est que l'industrie alimentaire cache un des plus gros secrets du monde moderne. Qui achèterait notre viande si sur les paquets d'emballage on mettait une vraie photo de nous ? Ce système a joué avec nos gènes, avec notre nourriture et avec notre mode de vie pour faire de nous des bêtes mal-formés, déformés. À dire vrai, on ressemble en fait plutôt à ça :


Avez-vous honnêtement envie de nous manger en voyant à quoi nous ressemblons ? Pourtant, c'est ce que vous faîte, régulièrement. Et même si vous vous déculpabilisez en achetant votre viande chez un boucher pour être sur de la qualité, que croyez-vous que vous mangez lorsque vous allez au McDo ou dans tous les autres fast-food ? C'est nous. Et vos lardons ? vos raviolis ? vos saucissons ? Achetez-vous tout ça chez un boucher ?

Dans cet article, nous n'avons parlé que des conditions de vie des animaux. Mais sachez que les conditions d'abattage ne sont pas meilleures. Entre les animaux mal endormis lors de la mise à mort, ceux que l'on ne prend pas le temps d'achever avant la découpe et ceux qui se réveillent lorsqu'on les coupe en morceaux... l'image n'est pas ragoutante.

De même, nous avons parlé ici des vaches, des poules et des cochons, mais l’élevage des lapins ou des canards n'est pas mieux. En particulier lorsqu'on s’intéresse à comment le foie gras est obtenu.

La première arme pour lutter contre ces atrocités, c'est la connaissance ! Et malgré qu'on en entende parler souvent, rares sont ceux qui ont en têtes ces horreurs lorsqu'ils sont devant leur assiette. Choisir la viande que l'on achète n'est pas difficile, d'ailleurs beaucoup tentent de manger moins de viande dans la vie de tous les jours pour en consommer de meilleure qualité. On ne peut que les encourager.

Pour finir sur quelques chiffres :
  • 82% des poules de chair en France sont issues d’élevage industriel,
  • 82% des poules pondeuses le sont,
  • 90% des cochons,
  • 99% des lapins.

Pourtant, un sondage effectué par l'association L214 a montré que 90% des Français sont opposés aux élevages d’animaux dans des bâtiments confinés.

Qu'est-ce qu'on attend pour changer tout ça ?


Note : Nous avons volontairement illustré cet article avec des images peu choquante par rapport à la réalité de la chose, car ce n'est pas le but de notre site. Sachez cependant que la vérité est belle est bien immonde. Une simple recherche sur un moteur de recherche peut vous la montrer.



Articles liés :



Réseaux sociaux
Donnée de la semaine

3

rhinocéros meurent chaque jour, braconnés pour leurs cornes.
Photo de la semaine
Sondage

Etes vous abonné à des chaînes Youtube tenues par une personne végétarienne, végétalienne ou végane ?

Pétition

Interdire l’abattage sans étourdissement des animaux

En savoir plus
Lettre d'information

Soyez averti des nouveautés de notre site directement par e-mail :


Pétition

Interdire l’abattage sans étourdissement des animaux

En savoir plus
Sondage

Etes vous abonné à des chaînes Youtube tenues par une personne végétarienne, végétalienne ou végane ?

Réseaux sociaux
Photo de la semaine
Lettre d'information

Soyez averti des nouveautés de notre site directement par e-mail :

Donnée de la semaine

3

rhinocéros meurent chaque jour, braconnés pour leurs cornes.