Cause Animal !

Le premier site où les animaux ont le droit à la parole.


Conférence - La Libération animale : et après ?

Par Raphaël P. le 30/05/2015

Aujourd'hui 30 mai 2015 a eu lieu une conférence organisée par l'association L214 sur le thème « La Libération animale : et après ? » avec trois intervenants célèbres dans le domaine de la cause animale : Peter Singer, Matthieu Ricard et Aymeric Caron. Nous ne pouvions pas rater ça !

Ces intervenants ont tous trois déjà publié des livres sur le sujet étant déjà considéré comme des références dans le domaine. C'est en partie pour cela que cette conférence a réuni près de 1000 personnes à la Cité des Sciences et de l'Industrie ce samedi. Ce qui est intéressant dans ce rassemblement est que la question de la libération animale a été abordée de plusieurs points de vue. Par une approche plutôt philosophique avec Peter Singer, une approche plus scientifique et religieuse par Matthieu Ricard et une approche journalistique par Aymeric Caron.


Durant les exposés, plusieurs thèmes ont été abordés. Le thème principal était cependant, sans aucune surprise, celui de l'alimentation. Si les végétariens/végétaliens restent une minorité, c'est principalement dû au manque d'information et parfois a une volonté de ne pas savoir : « Ne me montre pas de ça, je ne veux pas voir, je ne veux pas savoir ». C'est ce que Matthieu Ricard nomme la détresse empathique et qui crée une volonté de rester loin de la souffrance. Il précise ses propos en affirmant que cette manière de fuir ce qui nous est dur à voir est en fait une façon égocentrique de voir la douleur de l'autre.

Peter Singer, quant à lui, a fait une remarque assez intéressante sur les volontés welfaristes de certains militants. Pour restituer le contexte à ceux qui ne sont pas forcement au courant des subtilités, dans les militants contre la cruauté envers les animaux, il y a plusieurs partis pris. Parmi ces distinctions, on retrouve les welfaristes qui essayent de lutter contre la cruauté en commençant par améliorer les conditions des animaux dans leur exploitation. Au contraire, les militants abolitionnistes pensent que cette approche ne fait que prolonger la souffrance des animaux en permettant aux exploitants de se déculpabiliser du mal qu'ils causent, en améliorant de manière minime ce système foncièrement mauvais. Ainsi, au sein de la communauté de défense des animaux, les welfaristes sont souvent considérés comme ne servant pas la cause. Peter Singer souligne cependant le fait, que les démarches welfaristes (par exemple, améliorer les conditions d’élevages : cages plus grandes, moins de maltraitances, etc), même si elles ne résolvent pas le problème de fond, ont au moins le mérite d'être plus facilement prise en compte par l'industrie d'élevages et permettent petit à petit à cette industrie d'être de moins en moins rentable. Ainsi, les gens mangeant de la viande en si grande quantité de par son faible prix, seront de moins en moins enclin à en consommer et ainsi à faire souffrir des animaux.

Aymeric Caron, lui, a décidé de faire sa présentation sous la forme de questions-réponses. Du coup, un nombre varié de sujets ont été abordés durant son intervention. On retiendra cependant l'encouragement qu'il a lancé aux végétariens et végétaliens de l'assemblée de transmettre les informations aux plus grand nombre et de casser la fausse image du végétariens pâle et mal nourri. En effet, il affirme que si les études sont essentielles pour comprendre les animaux, leur comportement et leur ressemblance avec notre espèce, diffuser cette information est capitale pour que le plus grand nombre de personne puisse prendre conscience de la monstruosité de notre alimentation. Il annonce aussi que la modernité de notre société est dans le droit des animaux.


Notre avis : Cette conférence était très intéressante par le fait que trois des végétariens les plus influents en France soient réunis pour parler ensemble de la cause animale. La salle était complète, ce qui montre aussi que c'est un sujet qui commence à se faire une place dans les débats actuels. On regrette cependant que les discours des intervenants aient été trop centrés sur la nécessité de changer notre mode de consommation alors que l'auditoire était constitué en quasi-totalité de personne déjà convaincu. Le titre de la conférence « Et après ? » laissait penser à un débats autour de ce à quoi ressemblerait notre monde après avoir accepté d'arrêter l'exploitation animale et comment il s'organiserait. Or, ce thème n'a été qu’effleuré durant une question d'un auditeur alors qu'elle aurait été beaucoup plus pertinente devant un public déjà à 95 % végétarien. Cela étant dit, l'association L214 a su donner de la voie à sa cause en rassemblant les plus petits et aussi les « plus grands militants ».



Articles liés :



Réseaux sociaux
Donnée de la semaine

3

rhinocéros meurent chaque jour, braconnés pour leurs cornes.
Photo de la semaine
Sondage

Etes vous abonné à des chaînes Youtube tenues par une personne végétarienne, végétalienne ou végane ?

Pétition

Interdire l’abattage sans étourdissement des animaux

En savoir plus
Lettre d'information

Soyez averti des nouveautés de notre site directement par e-mail :


Pétition

Interdire l’abattage sans étourdissement des animaux

En savoir plus
Sondage

Etes vous abonné à des chaînes Youtube tenues par une personne végétarienne, végétalienne ou végane ?

Réseaux sociaux
Photo de la semaine
Lettre d'information

Soyez averti des nouveautés de notre site directement par e-mail :

Donnée de la semaine

3

rhinocéros meurent chaque jour, braconnés pour leurs cornes.